RE2020, construire le monde de demain

Depuis le 1er janvier 2022, la RE2020 prend le relai de la RT2012. Quels sont ses objectifs & sa méthode ? Découvrez le dans cet article dédié à la nouvelle réglementation

Logo RE2020

1 – Le contexte de cette nouvelle réglementation

1.1 – Pourquoi mettre en place une réglementation ?

Pour répondre à de nouveaux besoins. La réglementation évolue de « thermique » à « environnementale » d’où son sigle RE2020. La RE2020 va permettre de caractériser les gaz à effet de serre de toutes les constructions neuves et ensuite d’inclure l’analyse du cycle de vie des matériaux.

Selon le site ecologie.gouv.fr, la RE2020 sera plus ambitieuse et exigeante pour la filière construction.

Évaluer le confort d’été en période caniculaire et renforcer les performance thermique de l’enveloppe et favorisera l’intégration des énergies renouvelables.

Pour commencer, nous vous proposons un petit rappel concernant les règlementations thermiques et leur but

  • La première règlementation thermique date de 1974, suite au choc pétrolier. Son objectif est de réduire de 25% la consommation des constructions résidentielles neuves en imposant la mise en place d’une fine couche d’isolation et d’une régulation automatique pour le chauffage ;
  • En adéquation avec les changements de nos modes de vie, les règlementations évoluent : une par décennie (environ) jusqu’à la RT2012, en vigueur depuis le 1er janvier 2012 ;
  • Au fil du temps, les réglementations thermiques deviennent de plus en plus exigeantes avec un champs d’action plus vaste : chauffage, surface vitrée, ventilation ou encore, isolation.

Un leitmotiv : la réduction des consommations énergétiques.

1.2 – Quel est le contexte de la RE2020 ?

Le respect des engagements pris dans la lutte contre le changement climatique. En effet, lors de la  COP21 qui s’est tenue fin 2015, les signataires s’engagent à limiter le réchauffement climatique à +2°C d’ici 2100 et tout faire pour le contenir en deçà de 1,5° C. La loi Énergie Climat suppose que la France atteindra la neutralité carbone en 2050.

« Les bâtiments, du fait de leurs consommations d’énergie mais aussi de la façon dont nous les construisons, représentent une part conséquente des émissions de gaz à effet de serre en France. Grâce à la réglementation environnementale 2020, nous accélérons la décarbonation de ce secteur en agissant sur la phase de construction qui, pour un bâtiment neuf performant, représente entre 60 % et 90 % de son impact carbone total. » Barbara Pompili, Ministre de la Transition écologique

Un des principaux leviers de la RE2020 pour agir sur l’empreinte carbone des constructions.

2 – RE2020, les objectifs & la méthode

2.1 – Les 3 objectifs principaux de la RE2020

  1. Donner la priorité à la sobriété énergétique (matériaux biosourcés) et à la décarbonation de l’énergie diminuer l’impact carbone de la construction des bâtiments ;
  2. Garantir le confort en cas de forte chaleur ;
  3. Recourir à des modes constructifs peu émissifs
    L’impact environnemental de chaque matériaux, des équipements et de l’énergie consommée sera donc évalué lors d’une Analyse de Cycle de Vie du bâtiment (ACV) :
    • Encourager des modes constructifs qui émettent peu de gaz à effet de serre, en prônant une éco-conception dans le choix des matériaux et équipements ;
    • Encourager le recours à des matériaux biosourcés et le bois (considéré comme capable de « stocker » le CO2) ;
    • Le bois, le parquet, le bardage et le lambris ainsi que les isolants (liège, chanvre, fibres de bois et cellulose) sont privilégiés ;
    • Les matériaux classiques (le béton et l’acier) restent, quant à eux, sur le banc de touche.

2.2 – La méthode de la RE2020

Cette nouvelle règlementation introduit un calcul du cycle de vie des matériaux (mesuré en kgCO2/m² de surface). Son objectif ? La diminution d’au moins 30% des émissions produites par les secteurs industriels (période 2013 à 2023).

Les nouvelles règles de la RE 2020 seront de plus en plus exigeantes avec le temps :

    • 2024 : -15 % d’émission carbone
    • 2027 : -25 % d’émission carbone
    • 2030 : -30 à 40 % d’émission carbone

Dans un premier temps, ce sont les maisons individuelles qui seront concernées par la RE2020 ; puis, dans un second temps, viendront les logements collectifs et le secteur tertiaire.

2.2.1. La diminution de l’impact carbone

Éliminer le gaz de toutes les constructions neuves. Notons qu’à ce jour, 75 % des bâtiments collectifs sont équipés d’un mode de chauffage au gaz.

Nouveauté de la RE2020 par rapport à la RT2012 : diminuer l’impact des bâtiments neufs sur le climat en prenant en compte l’ensemble des émissions GES* du bâtiment (principalement CO2) durant l’ensemble de son cycle de vie (depuis la construction jusqu’à la démolition – période de 50 ans).

La finalité ? Une neutralité carbone avec l’introduction d’un seuil d’émission de gaz à effet de serre à ne pas dépasser notamment pour le résidentiel. La limite pour les constructions neuves sera fixée à :

    • 4 kgCO2eq/m²/an pour les maisons individuelles dès l’entrée en application de la réglementation ;
    • 14 kgCO2eq/m²/an pour les logements collectifs dès l’entrée en application de la réglementation, puis 6 kgCO2eq/m²/an dès 2024.

2.2.2. La garantie d’une température adéquate durant les épisodes caniculaires

Une place de choix pour le confort d’été !

Dû au réchauffement climatique et à l’évolution des températures de ces prochaines années, un nouveau besoin bioclimatique émerge : celui de rafraîchir son intérieur.

Pour ce faire, un nouvel indicateur, exprimé en Degré par Heure (DH), est calculé au moment même de la conception du bâtiment (avec une limite fixée à 350 DH). Au-delà de ce seuil, le projet devra être repensé en termes de ventilation ou de climatisation pour contrer les éventuels épisodes caniculaires.

Donc, l’indicateur DH remplace la TIC (Température Intérieure Conventionnelle) introduite lors de la réglementation thermique 2012. Le but étant de garantir aux occupants un logement adapté aux conditions climatiques futures tout en introduisant un objectif de confort d’été (grâce à un indicateur Degré Heure).

Les solutions de climatisation dites « passives » sont alors encouragées par la RE2020 (conception, protection, orientation…)

RE2020_Zone de confort thermique et d'inconfort chaud

3 – RE2020 : avantages & dates clé

3.1 – Quels bénéfices tirer de la RE2020 ?

Les avantages de la nouvelle réglementation sont multiples, parmi lesquels :
  • Un coût énergétique
    • Extrêmement réduit voire nul
    • Certains logements à énergie positive (BEPOS) n’auront jamais besoin d’être chauffés (grâce à la performance de l’isolation)
  • Une amélioration du bien-être intérieur
    • Meilleure qualité de l’air
    • Absence de courants d’air
    • Température naturelle quelle que soit la saison
  • Une tranquillité renforcée
    • Isolation thermique performante
    • Réduction des bruits (intérieurs & extérieurs) liés au fonctionnement des équipements
  • Des économies pérennes
    • Coût bâtiment certifié RE2020 environ 10% plus cher que son homologue certifié RT2012
    • Surcoût compensé par les économies d’énergie

3.2 – RE2020 en quelques dates

Vous avez besoin de plus d’informations ? Vous souhaitez être accompagné dans vos démarches ? Contactez dès à présent nos experts 

* GES : Gaz à Effet de Serre

Sources : ecologie.gouv.fr, dossier de Presse du Ministère de la Transition Écologique « Éco-construire pour le confort de tous »

 

Formulaire de contact

Nous sommes joignables par téléphone et par e-mail

Coordonnées :

Adresse :

12 Rés les Chênes
28230 Droue-sur-Drouette
France